L’art s’enseigne aujourd’hui dans les universités, dans les écoles spécialisées et dans divers autres lieux du savoir. Mais, la question est de savoir si une telle « discipline » subjective peut véritablement être enseignée…
Enseigner la subjectivité ?
L’art est foncièrement subjectif. Son appréciation, son jugement et même sa valeur économique dépend des opinions individuelles – et parfois globales – que les gens en ont. Comment peut-on donc enseigner l’art à ceux qui souhaitent l’apprendre ?
La réponse est qu’on n’enseigne pas l’art à proprement parler. Même dans les Ecoles de Beaux-Arts, tout ce qu’on fait, c’est d’enseigner des notions, des techniques, de partager du savoir-faire et des méthodes.
Mais l’art en lui-même, et les inspirations qui lui donnent sa substance ne peuvent pas réellement être transmises. Tout ce qu’un enseignant peut faire, c’est apporter à l’apprenant tous les outils dont il aura besoin pour exprimer son talent artistique comme bon lui semble.
Tenter d’enseigner l’art risquerait d’imposer à l’apprenant les codes, les normes, les inspirations et les appréciations subjectives de l’enseignant. Pour éviter d’en arriver là, la solution consiste parfois à associer plus d’artistes et moins de théoriciens à la pédagogie de cette matière.