Parfois il suffit « d’offrir » l’art pour le rendre accessible à un plus grand nombre. Comment offre-t-on l’art ? Certains artistes comme Banksy opèrent dans les endroits les plus défavorisés et les plus accessibles : la rue, les champs de bataille modernes utilisant ce qui existe pour faire passer leur message. Cela nous amène à nous poser la question de savoir si l’art doit se nourrir d’autres oeuvres et si il doit toujours porter un message. Ce sujet est très vaste et c’est pour cela qu’il est important de poser les bonnes questions : est-ce que le fait de rendre l’art accessible à tous le rend invisible ? Au contraire, l’art dépouillé de sa valeur commerciale y gagne dans sa valeur émotive, devient une arme collective pour élever le niveau de la conscience humaine et de toute la société qu’elle représente. Un morceau réussi est celui qui parle à l’inconscient du plus grand nombre sans recourir à des artifices superflus.

L’art et internet

Lorsque le gouvernement, notamment le ministère de la Culture a conscience des enjeux de la présence de l’art dans la société, tout en souhaitant promouvoir sa culture passée et présente, cela permet à un large public avide de découvrir des choses telles que l’exposition du sculpteur Zadkine et ainsi de faire d’une pierre deux coups : découvrant Zadkine et toute une région de la France. L’irruption de l’internet dans nos vies signifie une plus grande accessibilité à l’art, cela par deux façons. D’abord par le fait que l’on peut voir à peu près tout ce qui se trouve dans les musées avec un peu de recherches, et deuxièmement l’accès à l’information est plus facile. L’art par l’information qui circule devient ainsi accessible à un plus grand nombre. Zadkine, sculpteur peut-être méconnu du grand public devient par un simple article accessible à tous ceux qui possède une connexion internet. Ensuite se pose la question de savoir combien de personnes qui voient l’information sur ces artistes et les expositions se déplacent pour admirer les oeuvres. Mais peu importe en fait dès lors que les noms s’ancrent dans les esprits.

L’art est-il partout?

Pour certains, l’art doit se trouver dans un musée, ou les halles d’exposition. Pour certains encore seulement un petit nombre de connaisseurs peuvent décider ce qui est « artistique ». Pour d’autres pourtant, tout peut être une oeuvre d’art : une paire de chaussure à la mode par exemple. Oui, la mode a longtemps été dans le débat de l’art. Nombre de musiciens et de célébrités se servent de la mode comme partie intégrante de leur performance artistique. D’autres exemples dans le showbizz montrent que les vêtements sont un aspect essentiel à leur identité d’artiste. Prenons Sarah Bernhardt qui personnifie bien la fine frontière entre art et vêtement. La question n’est pas d’être à la mode, mais d’être la mode : lorsqu’on regarde la personne, c’est une oeuvre que l’on voit. Dès lors, l’oeuvre décide de son destin, peu importe les goûts du moment, parfois en avance sur son temps, l’art peut se cacher derrière une chaussure ou une personne, tout simplement.